Critères diagnostiques de l'épisode maniaque selon la CIM-10 (F30)

Il existe 2 rangs de symptômes. Le nombre de symptômes nécessaires est précisé pour chaque niveau de sévérité de l'épisode, évalué sur l'intensité et la durée des symptômes (hypomaniemanie sans ou avec symptômes psychotiques).

La CIM-10 définit l'hypomanie de façon indépendante de la manie. Mais les 2 concepts ne diffèrent qu'en intensité. Pour simplifier, nous les avons réunis en une même définition comme pour la dépression. Lorsque deux termes sont séparés par un '/', le premier se réfère à la définition de l'hypomanie, le second à celle de la manie.

A. Symptômes typiques :

  1. Elévation persistante de l'humeur ou irritabilité / méfiance.
  2. Elévation de l'énergie et élévation de l'activité / hyperactivité, physique et psychique, en termes de quantité et de rapidité.


B. Symptômes autres :

  1. Augmentation du désir de parler / logorrhée.
  2. Réduction du besoin de sommeil.
  3. Sentiment intense de bien-être et d'efficacité physique et psychique / augmentation de l'estime de soi, surestimation de ses capacités, optimisme excessif.
  4. Augmentation de la sociabilité.
  5. Augmentation de la familiarité / levée des inhibitions sociales.
  6. Augmentation de l'énergie sexuelle.
  7. Distractibilité, difficultés de concentration, interférant avec le travail ou les loisirs.
  8. Le sujet s'intéresse à des activités sortant de l'ordinaire / s'engage dans des aventures extravagantes ou irréalistes (projets, relations amoureuses ...), fait des achats quelque peu inconsidérés / dépense son argent sans compter.
  9. Sensation subjective d'acutisation des sens (couleurs plus vives, hyperacousie ...)

Seul le premier épisode maniaque ou hypomane est classé en F30. En cas d'antécédent / récidive d'un épisode thymique (manique ou dépressif), le diagnostic doit être celui de trouble bipolaire (F31.xx).

Vers le haut

Critères de sévérité

Il y a 3 niveaux de sévérité définissant le chiffre de codage après le point. Le niveau de sévérité est évalué à la fois par l'intensité des symptômes et par leur durée.

Hypomanie (F30.0)

Les symptômes doivent être présents sur une période ≥ 2 jours (la terminologie exacte est plusieurs jours, ce qui correpond au minimum à 2 jours. Cette durée est actuellement reconnue comme plus intéressante et valide que les 4 jours du DSM).

  1. Remplit les 2 symptômes typiques, et ≥ 2 autres.
  2. Aucun de ces symptômes ne doit être sévère.
  3. Pas d'entrave au fonctionnement professionnel ni de rejet social.
  4. Pas d'hallucinations ou d'idées délirantes.

Le diagnostic différentiel avec la cyclothymie (F34.0) se fait sur le caractère plus marqué et persistant des anomalies de l'humeur et du comportement dans l'hypomanie. D'autre part, la cyclothymie se définit par sa chronicité alors que l'hypomanie est un épisode.

Manie sans symptômes psychotiques (F30.1)

Les symptômes doivent être présents sur une période ≥ 1 semaine.

  1. Remplit ≥ 2 symptômes typiques, et ≥ 2 autres.
  2. Plusieurs de ces symptômes doivent être sévères (deuxième définition après '/' cf. ).
  3. Entrave le fonctionnement professionnel et les activités sociales.
  4. Pas d'hallucinations ou d'idées délirantes.

Manie avec symptômes psychotiques (F30.2)

Les symptômes doivent être présents sur une période ≥ 1 semaine.

  1. Remplit ≥ 2 symptômes typiques, et ≥ 2 autres.
  2. Plusieurs de ces symptômes doivent être sévères (deuxième définition après '/' cf. ).
  3. Entrave le fonctionnement professionnel et les activités sociales.
  4. Présence d'hallucinations, d'idées délirantes ou d'une désorganisation.

Idées délirantes: spécifier si congruentes à l'humeur (l'augmentation de l'estime de soi et les idées de grandeur peuvent atteindre un degré délirant mégalomaniaque ou mystique, à thème d'identité illustre ou de mission religieuse, et l'irritabilité et la méfiance peuvent devenir des idées délirantes de persécution), ou non congruentes à l'humeur (pas de thèmes maniaques).
Hallucinations : congruentes à l'humeur, ou non congruentes à l'humeur (p. ex. pas de charge affective particulière).
Désorganisation: la fuite des idées et la logorrhée peuvent rendre le discours incompréhensible. L'augmentation de l'activité et l'agitation physique peuvent s'accompagner d'un comportement agressif ou violent. Les troubles de l'alimentation et la négligence des soins personnels peuvent conduire à une incurie ou à une déshydratation.

REM : La présence d'idées délirantes, d'un discours incompréhensible, et d'une agitation importante peuvent masquer l'affect manique. Par exemple quand le sujet est examiné à l'acmé du trouble ou quand l'hyperactivité physique et psychique a disparu sous neuroleptiques, mais que le patient présente encore des symptômes psychotiques. Une manie avec symptômes psychotiques non congruents à l'humeur peut s'accompagner temporairement d'hallucinations ou d'idées délirantes semblables à celles de la schizophrénie. Si ces symptômes sont prédominants ou durables, il faut porter le diagnostic de trouble schizo-affectif de type maniaque (F25.0).

Autres épisodes maniaque (F30.8)

Non défini

Épisode maniaque, sans précision (F32.9)

Manie Sans Autre Information (SAI).

Vers le haut