TePOE version 2013

Le Test Psychique Expérimental Opérationnalisé version 2013 avait été développé pour l'étude connectivité qui cherche à différencier les cataphasies des catatonies périodiques en terme cognitif et d'imagerie. Le test initial, classique a été formalisé par Kleist. Une version abrégée semi-standardisée du test a été mise au point par l'équipe de Würzburg dans le cadre de l'étude de Burkhart Jabs (version française disponible en format pdf). Deux cotateurs classaient les propos retranscrits du sujet en normal, probablement et surement anormal. La sensibilité pour les phases de rémission de la cataphasie étaient respectivement de 90 et 60%, mais aucune étude de spécificité n'a été entreprise. Le TePEO version 2013 reprend cette base en limitant le temps à 20 min de propos retranscrits et propose une grille de cotation qui a repris en partie celle de la SANS et de la SAPS (cotation de 0 à 5) :

  1. Alogie :
    • Production réduite
    • Appauvrissement du contenu du discours
  2. Troubles de la logique :
    • Incohérence, trouble de la logique
    • Phénomène du sablier
  3. Troubles de l'organisation du discours :
    • Déraillement – relâchement des associations, coq à l'âne, digression, réponses à côté
    • Contaminations
  4. Troubles du langage :

La fiche servant à la passation des 20 min d'entretien semi-structuré et la grille d'évaluation sont en cours d'évaluation. Cette dernière est implémentée dans le portail patients. Il n'a jamais été évalué puisqu'il a été remplacé par la version 2014 dans l'étude connectivité.

Vers le haut

TePOE version 2014

Le Test Psychique Expérimental Opérationnalisé version 2014 a été développé pour l'étude connectivité. Elle a été largement refondue par rapport à la version 2013 en intégrant des définitions opérationnelles, des apport de la grammaire et d'autres échelles comme la TLC et la CLANG. Elle comporte 10 items à coter :

  1. Anomalies quantitative :
    • De production (logorrhée ou alogie)
    • De contenu (excès de détail ou alogie)
  2. Troubles de la prosodie
  3. Désorganisation conceptuelle
    • Flou conceptuel
    • Phénomène du sablier
  4. Troubles de l'organisation du discours :
    • Discours inefficace
    • Déraillement – relâchement des associations, coq à l'âne, digression, réponses à côté
  5. Troubles du langage :
    • Erreurs syntaxiques (agrammatisme, paragrammatisme)
    • Erreurs lexicales :
      • Paraphasies verbales, contaminations, associations par assonance ...
      • Paraphasies phonémiques et néologismes

La fiche servant à la passation des ~20 min d'entretien semi-structuré et la grille d'évaluation sont en cours d'évaluation. Cette dernière est implémentée dans le portail patients. Nous espérons pourvoir publier des normes d'ici 2015.

Le TePEO n'évalue pas véritablement l'insight que les patients peuvent avoir de leur trouble. Aussi il est possible de coter cet item avec une autre échelle, l'i-TePEO (Insight dans les Troubles de l'expression et de la Pensée, Echelle Opérationnalisée). Est évalué le niveau de reconnaissance dans les anomalies quantitative, la désorganisation conceptuelle, les troubles de l'organisation du discours et les troubles du langage. Cette échelle est implémentée dans le portail patients.

Version révisée (2014-R)

Suite à la réunion d'évaluation de l'outil du 9 septembre 2014 (IOM, AZB, FB, OM), de nouvelles consignes et une nouvelle feuille de passation ont été mises en place (pdf) ainsi que quelques corrections de la grille d'évaluation (pdf). Le sujet  2898-S002 a servi à l'homogénéisation des cotations.

Les items suivants sont considérés comme potentiellement intéressants, mais ne font pas partie de la version 2014-R, ils sont néanmoins inclus dans la grille de cotation :

  • Trouble de la logique
  • Persévérations
  • Durée du test

La validation du TePEO comme échelle symptomatique et comme instrument diagnostique est le sujet de thèse d'Olivier Mainberger (soutenance prévue novembre 2015 - cf. pages réservées aux membres)

Cette dernière est implémentée dans le portail patients.

2898

Vers le haut

TePEO-C 2016 - R2 et R3

Le test psychique expérimental opérationnalisé pour la cataphasie (TePEO-C) en est à sa 3ème version (R3), révision de la R2 pourtant mise à disposition la même année. Il ne s'agit pas d'un test généraliste d'un trouble de la pensée, du langage, de l'abstraction ou de la logique, mais bien d'un test qui vise à être spécifique pour un phénotype particulier : la cataphasie. L'idée de former un grand nombre de psychiatres à la classification de WKL nous semble difficilement réalisable à ce jour. Pour autant les phénotypes décrit mériteraient d'être étudiés et celui de la cataphasie peut-être plus que les autres en raison de sa fréquence. De plus le tableau clinique en phase résiduelle semble accessible à une évaluation standardisée, puisqu'une version précédente de l'instrument (2014-R1) a déjà démontré une bonne spécificité et d'une bonne sensibilité pour le diagnostic de cataphasie (cf. thèse O. Mainberger). Malheureusement si l'instrument s'est révélé très reproductibles entre les mains d'évaluateurs rompus à la classification de WKL, il n'en était pas de même des évaluateurs novices (cf. mémoire L. Hunsicker). Les version R2 puis R3 ne changeait que très peu de chose sur le fond, mais visaient surtout à expliciter au mieux les éléments de cotation. Ces nouvelles moutures s'accompagnent d'une formation en e-learning tutorée qui est l'objet de cette évaluation avec comme objectif de réduire les différences du score global entre les cotateurs novices et experts ≤ 2 dans plus de 90% des cas.

Un travail préparatoire a été effectué en demandant à des externes et des étudiants en psychologie de réaliser la cotation de 2 sujets suite a la formation. L'analyse des 6 premiers évaluateurs révèle qu'il persiste une dispersion importante des cotations avec un écart de -4 points après l'éviction d'une valeur aberrante (cf. mémoire de C. Fontaa). Trois items sont particulièrement problématiques :

  • Flou conceptuel
  • Relâchement des association
  • Paraphasie verbales

La formation a été révisée pour intégrer ces difficultés. La prochaine étape consiste à l'évaluer l'instrument chez des évaluateur rompus à la psychiatrie.

Vers le haut