Critères diagnostiques du trouble schizotypique selon la CIM-10 (code F21)

La CIM-10 ne classe pas le trouble schizotypique parmi les troubles de la personnalité. Il en découle qu'il peut apparaitre n'importe quand dans la vie et qu'il n'est pas nécessairement constant. Son intérêt est d'être sur-représenté chez les apparentés de sujets schizophrènes.

  • Symptômes caractéristiques : Présence d'au moins 3 des symptômes ci-dessous de façon continue ou épisodique pendant au moins 2 ans :
  1. Affect inapproprié ou restreint, attitude froide et distante.
  2. Comportement ou présentation bizarre, excentrique ou singulier.
  3. Pauvreté du contact et tendance au retrait social
  4. Croyances ou idées bizarres ou magiques influençant le comportement et ne correspondant pas aux normes d'un sous-groupe culturel.
  5. Méfiance ou idéation persécutive.
  6. Ruminations obsessionnelles contre lesquelles le sujet ne lutte pas, possédant souvent un contenu dysmorphophobique, sexuel ou agressif.
  7. Perceptions inhabituelles, p. ex. illusions somato-sensorielles et expériences de dépersonnalisation ou de déréalisation.
  8. Pensée vague, circonstanciée, métaphorique, trop élaborée et souvent stéréotypée, se traduisant par un discours bizarre ou d'autres manifestations, mais sans incohérence marquée.
  9. Episodes transitoires quasi psychotiques comportant des illusions intenses, des hallucinations auditives ou autres, et des idées pseudo-délirantes, survenant habituellement sans facteur déclenchant extérieur.
  • Critères d'exclusion : 
  1. Diagnostic de schizophrénie (F20) jamais posé, avec des difficultés du diagnostic différentiel avec la forme simple (F20.6)
  2. Personnalité schizoïde (F60.1)
  3. Syndrome d'Asperger (F84.5)

Vers le haut