Le "test psychique expérimental"

Il ne doit pas être omis lorsqu'une psychose endogène est suspectée puisqu'il permet de mettre en évidence et de déterminer le type de trouble de la pensée lorsqu'il celui-ci n'est pas manifeste dans le langage spontané :

  1. Alogie :
    • Production réduite
    • Appauvrissement du contenu du discours
  2. Troubles de la logique : incohérence
  3. Troubles de l'organisation du discours :
    • Déraillement – relâchement des associations, coq à l'âne, digression
    • Réponses à côté
    • Contaminations
  4. Troubles du langage :

Chacun peut revêtir plusieurs formes qui sont détaillées dans les troubles spécifiques, par exemple

  • Pensée floue (paraphrénie phonémique)
  • Pensée imagée ou concrète (paraphrénie confabulatoire)
  • Pensée grossière (paraphrénie expansive)...

Il a été formalisé par Kleist (1934, p.1015 et suivantes) pour affiner les troubles de la pensée et du langage. Actuellement la standardisation la plus utilisée est celle de la PANSS pour coter l'item pensée abstraite. Elle comprend un test des similitudes et un test d'interprétation de proverbes (le trouble de la pensée qui y est essentiellement recherché est une pensée concrète).
Curieusement il semble que nous ayons perdu notre sensibilité aux atteintes du langage, peut-être en raison de la moindre homogénéité linguistique liée aux fortes vagues d'immigration. Les américains par exemple ne semblent absolument pas y être sensibles. C'est beaucoup plus le cas en revanche pour les allemands, mais il se peut qu'au delà de l'homogénéité de la langue, il y ait aussi le mode de construction des mots en allemand qui rend ce qui ne serait qu'une paraphasie sémantique en français beaucoup plus saillant sous la forme de néologismes en allemand.
Il est nécessaire de débuter par les questions les plus simples pour ne pas rebuter le patient. Pour chaque item, il faut poser au moins 5 questions. Les items 2, 4 et 5 sont incontournables, les items 1 et 3 ne sont à utiliser qu'en cas de besoin. Dans l'idéal les réponses devraient être enregistrées et analysées dans un second temps.

La version abrégée semi-standardisée du test utilisé par l'équipe de Würzburg est disponible en format pdf. Deux cotateurs classaient les résultats en normal, probablement et surement anormal. La sensibilité pour les phases de rémission de la cataphasie était respectivement de 90 et 60%.

Dans le cadre d'une expérimentation, ce test a été opérationnalisé (TePEO) pour la mise en évidence des cataphasies (20 min d'entretien semi-structuré et grille d'évaluation). Il est implémenté dans le portail patients. Nous espérons pourvoir publier des normes d'ici 2016.

Vers le haut

1. Définition de concept

On peut utiliser le test du vocabulaire de la WAIS (Wechler Adult Intelligence Scale).

  • Qu'est-ce qu'un vêtement ?
  • Un chalet
  • Le chagrin
  • Que signifie instantané... ?

On s'intéresse à la précision du concept.

Vers le haut

2. Contraste entre deux concepts

Entre 6 paires de mots concrets :

  • une boite et un panier                    La première ferme, pas le second
  • de la vapeurs et de la fumée          Vapeur = eau, fumée = combustion (carbone)
  • un pneu et une roue                       Le premier entoure la seconde
  • un ruisseau et un étang                 Le courant (l'eau s'écoule dans le ruisseau)
  • un arbre et un buisson                   La présence d'un tronc
  • un enfant et un nain                       Le premier peut encore grandir

Puis 3 paires de concepts abstraits :

  • une erreur et un mensonge            Le dernier est intentionnel, l'autre pas
  • avare et économe                           Vice et qualité
  • fier et arrogant                                Vice et qualité             
  • un prêt et un don (ou un cadeau).  Il faut rendre le premier

Ces deux premiers tests servent à évaluer l'organisation conceptuelle du patient. Il ne faut pas se contenter d'une première réponse approximative, mais pousser le patient par des questions à trouver la réponse la plus exacte possible. Le comportement d'un retard mental sera alors très différent d'un cataphasique. Alors que dans le cas d'un retard mental, chaque question lui permet d'améliorer la réponse suivante, dans le cas du cataphasique en revanche, il peut s'améliorer sur les premières propositions, puis la qualité de la réponse se dégrade au fur et à mesure, le patient pouvant finir par dire n'importe quoi.

Vers le haut

3. Construction de phrase

Un test en pratique surtout utile dans le cas des cataphasies ou de paraphrénies (tester les erreurs grammaticales et/ou syntaxiques). On demande au sujet de construire 6 phrases à partir d'un triplet de mot :

  • enfant/prairie/fleur,
  • champ/chasseur/lapin,
  • soleil/rideau/chambre,
  • chevalier/cheval/fossé,
  • voiture/virage/arbre,
  • paysan/moisson/pluie.

Vers le haut

4. Compréhension générale

L'objectif est de tester la logique. Ne pas se contenter d'une réponse approximative :

  • Pourquoi les hommes élèvent-ils leurs enfants ?
  • Pourquoi faut-il cuire la plupart des aliments ?
  • Pourquoi faut-il payer des impôts ?
  • Pourquoi la plupart des gens préfèrent-ils confier leur argent à une banque plutôt qu'à un bon ami ?
  • Pourquoi les produits de la terre coûtent-ils souvent plus cher en ville qu'à la campagne ?
  • Si vous deviez vous perdre un jour dans la forêt, que devriez-vous faire pour en sortir ?

Vers le haut

5. Interprétation de proverbes

Idéalement les proverbes doivent facilement pouvoir s'interpréter littéralement pour mettre en évidence une pensée concrète.

Les carottes sont cuites C'est fini, c'est trop tard, il n'y a plus rien à faire
Ne pas être dans son assiette Autrefois l'assiette était la manière d'être assis, mais aussi l'état normal, l'état d'équilibre naturel. Ne pas être dans son assiette signifie donc ne pas être dans son état normal, ne pas être bien, être un peu malade.
C'est donner de la confiture aux cochons C'est du gâchis, c'est donner quelque chose à quelqu'un qui ne saura pas en profiter.
Manger les pissenlits par la racine Être mort et enterré.
Couper les cheveux en quatre Compliquer les choses à plaisir
Avoir un cheveu sur la langue Zozoter
Tourner 7 fois la langue dans sa bouche avant de parler Réfléchir avant de parler pour ne pas parler trop vite
Avoir le bras long Connaître des gens importants et avoir beaucoup de pouvoir d'influence
Ne pas se moucher du coude Se croire quelqu'un d'important. On dit cela de quelqu'un qui montre par le prix qu'il met dans ses achats qu'il se considère comme méritant tout cela. Mais l'expression est aussi utilisée pour signifier avec un peu de dépit qu'on trouve beau l'achat de cette personne.
Mettre sa main au feu Être à peu près certain.
On ne peut pas être au four et au moulin On ne peut pas faire deux choses à la fois
Mettre de l'eau dans son vin Ne pas être exigeant
L'habit ne fait pas le moine. Il faut se méfier des apparences

Il n'est pas utile que le patient connaisse le proverbe, s'il ne connait pas, il faut l'inviter à trouver une explication raisonnable. Lorsqu'il y a un trouble de la pensée, des réponses illogiques ou concrètes seront données. Mais attention, il peut en être de même pour le retard mental.

Vers le haut