Critères diagnostiques de la schizophrénie selon le DSM IV R (code F20)

A. Symptômes caractéristiques : deux ou plus des manifestations suivantes sont présentes, chacune pendant une partie significative du temps pendant une période d’un mois (ou moins quand elles répondent favorablement au traitement) :

  1. Idées délirantes
  2. Hallucinations
  3. Discours désorganisé (c.-à-d., coq-à-l’âne fréquents ou incohérence)
  4. Comportement grossièrement désorganisé ou catatonique
  5. Symptômes négatifs, p.ex., émoussement affectif, alogie ou perte de la volonté

N.B. : Un seul symptôme du critère A est requis si les idées délirantes sont bizarres ou si les hallucinations consistent en une voix commentant en permanence le comportement ou les pensées du sujet, ou si, dans les hallucinations, plusieurs voix conversent entre elles.

B. Dysfonctionnement social / des activités : pendant une partie significative du temps depuis la survenue de la perturbation, un ou plusieurs domaines majeurs du fonctionnement tels que le travail, les relations interpersonnelles, ou les soins personnels sont nettement inférieurs au niveau atteint avant la survenue de la perturbation (ou, en cas de survenue dans l’enfance ou dans l’adolescence, incapacité à atteindre le niveau de réalisation interpersonnelle, scolaire, ou dans d’autres activités auxquelles on aurait pu s’attendre).

C. Durée : Des signes permanents de la perturbation persistent pendant au moins 6 mois. Cette période de 6 mois doit comprendre au moins 1 mois de symptômes (ou moins quand ils répondent favorablement au traitement) qui répondent au critère A (c.-à-d. symptômes de la phase active), et peut comprendre des périodes de symptômes prodromiques ou résiduels. Pendant ces périodes prodromiques et résiduelles, les signes de la perturbation peuvent se manifester uniquement par des symptômes négatifs ou par deux ou plus des symptômes figurants dans le critère A présents sous une forme atténuée (p.ex., croyances bizarres, perceptions inhabituelles).

D. Exclusion d’un trouble schizo-affectif et d’un trouble de l’humeur : Un trouble schizo-affectif et un trouble de l’humeur avec caractéristiques psychotiques ont été éliminés soit (1) parce qu’aucun épisode dépressif majeur, maniaque ou mixte n’a été présent simultanément aux symptômes de la phase active ; soit (2) parce que si des épisodes thymiques ont été présents pendant les symptômes de la phase active, leur durée totale a été brève par rapport à la durée des périodes actives et résiduelles.

E. Exclusion d’une affection médicale générale / due à une substance : La perturbation n’est pas due aux effets physiologiques directs d’une substance (c.-à-d. une drogue donnant lieu à abus, un médicament) ou d’une affection médicale générale.

F. Relation avec un trouble envahissant du développement : en cas d’antécédents de trouble autistique ou d’un trouble envahissant du développement, le diagnostique additionnel de schizophrénie n’est fait que si les idées délirantes ou les hallucinations prononcées sont également présentes pendant au moins un mois (ou moins quand elles répondent favorablement au traitement).

Vers le haut

Critères pour le sous-type

Remarques : Le sous-type se définit sur les symptômes présents au moment de l'évaluation. Il peut donc être changeant. C'est pour cela qu'il n'est que rarement utilisé dans la recherche. En France il y a une sur-représentation du type paranoïde car il suffit que le patient ait eu une phase productive pour qu'il se voit affecté de cette forme. Il s'agit d'une erreur de codification puisque ce code ne vaut que pour les tableaux cliniques présents au moment de l'examen. Renseigner la présence d'un épisode précédent se fait par le code d'évolution ci-après.
Il existe une forme de hierarchie : la présence de symptômes catatoniques prime sur la désorganisation qui prime sur les symptômes psychotiques. Aussi la présence de critères pour une catatonie suffit à poser le diagnostic etc...

Paranoïde (F20.0)

A. Préoccupation par une ou plusieurs idées délirantes ou par des hallucinations auditives fréquentes

B. Aucune des manifestations suivantes n'est au premier plan : discours désorganisé, comportement désorganisé ou catatonique ou affect abrasé ou inapproprié.

Désorganisée (F20.1)

A. Toutes les manifestations suivantes sont au premier plan :

  1. Discours désorganisé
  2. Comportement désorganisé
  3. Affect abrasé ou inapproprié

B. Ne répond pas au critères du type catatonique

Catatonique (F20.2)

Présence d'au moins 2 des manifestations suivantes :

  1. Immobilité motrice se manifestant par une catalepsie (comprenant une flexibilité cireuse catatonique) ou une stupeur catatonique
  2. Activité motrice excessive (apparemment stérile et non influencée par les stimulations exterieures)
  3. Négativisme extrême (résistance immotivée à tout ordre ou maintien d'une position rigide s'opposant aux tentatives de mobilisation passive) ou mutisme
  4. Posture catatonique (maintien d'une position inappropriée ou bizarre), mouvements stéréotypés, maniérismes manifestes, grimaces manifestes
  5. Echolalie ou échopraxie

Indifférenciée (F20.3)

Symptômes répondants au critères A, mais ne répondant pas aux critères des 3 formes décrites ci-dessus (paranoide, désorganisé, catatonique).

Résiduelle (F20.5)

A. Absence d'idées délirantes manifestes, d'hallucinations, de discours désorganisé, et de comportement grossièrement désorganisé ou catatonique.

B. Persistance d'éléments de la maladie comme en témoigne la présence de symptômes négatifs ou de 2 ou plusieurs symptômes figurant dans le critère A de la schizophrénie présents sous une forme atténuée (croyance bizarres, perception inhabituelles)

Vers le haut

Codage de l'évolution

Remarques : ce codage ne se fait qu'après un recul d'au moins 1 an après les symptômes initiaux. Lorsque la correspondance avec les codes de la CIM n'est pas bonne, les codes équivalent sont précédés d'un tilde (~). A noter que "par définition" :

  • Le déficit progressif (F20.x1) n'existe pas, il s'agit de symptômes négatifs (+avec symptômes négatifs prononcés rajouté au cours évolutif)
  • Si la rémission est admise après 1 épisode, ce n'est plus le cas après le second, les formes à évolution rémittente pure (F20.x3) ne sont pas définies. Alors cherchez bien puisqu'on vous dit que "par définition" il y a des symptômes qui persistent :-).

Episodique avec symptômes résiduels entre les épisodes (~F20.x2) : Critère A rempli lors de 2 épisodes ou plus et symptômes résiduels cliniquement significatifs entre les épisodes.
Episodique avec symptômes résiduels entre les épisodes avec symptômes négatifs prononcés (~F20.x2, ~F20.x1) : idem + la symptomatologie négative est importante dans la période résiduelle

Continue (F20.x0) : Symptômes du critère A présents pendant toute l'évolution ou presque (bien que non précisé, utiliser le critère > 4/5 du temps).
Continue avec symptômes négatifs prononcés (~F20.x0, ~F20.x1) : idem + symptomatologie négative est importante.

Episode isolé en rémission partielle (F20.x4) : 1 seul épisode au cours duquel les critères A ont été remplis et persistance de symptômes résiduels significatifs.
Episode isolé en rémission partielle avec symptômes négatifs prononcés (~F20.x4, ~F20.x1) : idem + symptomatologie négative est importante.

Episode isolé en rémission complète (F20.x5) : 1 seul épisode au cours duquel les critères A sont remplis en l'absence de symptôme résiduel cliniquement significatif.

Autre cours évolutif ou cours évolutif non spécifié (bien que rassemblé sous le même label, les codes CIM sont respectivement F20.x8 et F20.x9)

Vers le haut