Critères diagnostiques du trouble schizo-affectif selon le DSM IV R (code F25)

A. Période ininterrompue de maladie caractérisée par la présence simultanée, à un moment donné, soit d'un épisode dépressif majeur, soit d'un épisode maniaque, soit d'un épisode mixte, et de symptômes répondant au critère A de la Schizophrénie qui pour mémoire sont :

  1. Idées délirantes
  2. Hallucinations
  3. Discours désorganisé (c.-à-d., coq-à-l’âne fréquents ou incohérence)
  4. Comportement grossièrement désorganisé ou catatonique
  5. Symptômes négatifs, p.ex., émoussement affectif, alogie ou perte de la volonté

N.B. : L'Épisode dépressif majeur doit comprendre le Critère A1 : humeur dépressive, l'anhédonie pouvant s'observer hors dépression dans la schizophrénie.

B. Au cours de la même période de la maladie, des idées délirantes ou des hallucinations ont été présentes pendant au moins 2 semaines, en l'absence de symptômes thymiques marqués (c'est le point de différence avec la CIM-10).

C. Les symptômes qui répondent aux critères d'un épisode thymique sont présents pendant une partie conséquente de la durée totale des périodes actives et résiduelles de la maladie (une règle non dite veut qu'ils soient présent pendant au moins 1/3 du temps, ils pouvaient aussi être présents hors symptômes psychotiques ce qui est une autre différence avec la CIM-10).

D. Exclusion : La perturbation n'est pas due aux effets physiologiques directs d'une substance (p. ex. une substance donnant lieu à abus, un médicament) ou d'une affection médicale générale.

Vers le haut

Critères pour le sous-type

Type bipolaire (F25.0) : si la perturbation comprend un épisode maniaque ou un épisode mixte (ou un épisode maniaque ou un épisode mixte et des épisodes dépressifs majeurs)

Type dépressif (F25.1): si la perturbation comprend uniquement des épisodes dépressifs majeurs.

Remarque : la différenciation entre ces deux sous-types tient à ce que les formes bipolaires sont de meilleur pronostic que les formes dépressives (au moins à 5 ans).

Vers le haut